Black Blanc Biche
Mathilde Benignus, Benignus,
21708
post-template-default,single,single-post,postid-21708,single-format-standard,stockholm-core-1.1,select-child-theme-ver-1.0.0,select-theme-ver-5.2.1,ajax_fade,page_not_loaded,wpb-js-composer js-comp-ver-6.2.0,vc_responsive

Black Blanc Biche

Dans cette performance je me confronte à l’image de la banlieusarde que j’étais, à cette époque où en tant que fille, je devais gommer toute féminité pour exister. Confrontée au regard de nos « frères », moi et mes amies essayons d’y échapper. 

Revêtant ma carapace de l’époque : l’ensemble jogging-basket-capuche, j’entame ma transformation en jeune femme : nattes blondes et maillot de corps. Un chant traverse la performance : « La complainte de la blanche biche », chant traditionnel à propos d’une jeune fille dont l’apparence de biche en fait une proie de chasse par son propre frère. La jeune fille s’adresse à sa mère lors d’une ballade en forêt elle lui demande – en vain – de retenir son frère. La jeune fille/biche terminera sur le plateau de la tablée familiale, alors que chacun se demande où est passé la sœur manquante. Cette dernière finit par répondre depuis le plat et témoigne alors publiquement de son sort. 

Présentée lors de l’exposition : NOW YOU SEE ME, NOW YOU DON’T à la Galerie Apollonia à Strasbourg en 2008. 

In „Black-Blanc-Biche“ I recall my own teenage years where a girl has to act and dress up like a man to go out in the suburbs.
The old traditional song „La complainte de la blanche biche“ tells the story of a girl hunted by her own brother, transforming into a doe.
While I’m singing, I’m surrounded by portraits of young boys from my suburban neighborhood.

A performance about a folk song remixed for today’s suburbs.

Presented at the gallery Apollonia Art Exchanges for „Now you see me_now you don’t“.