La visite de l’acrobate / The acrobat’s visit
Mathilde Benignus, Benignus,
21948
post-template-default,single,single-post,postid-21948,single-format-standard,stockholm-core-1.1,select-child-theme-ver-1.0.0,select-theme-ver-5.2.1,ajax_fade,page_not_loaded,wpb-js-composer js-comp-ver-6.2.0,vc_responsive

La visite de l’acrobate / The acrobat’s visit

Durant deux mois j’ai accompagné puis filmé le travail singulier de l’acrobate Alexandre Fray à La Courneuve, banlieue nord de Paris. Nous avions rendez-vous avec une dizaine de dames de plus de 75 ans qui nous reçurent chacune chez elles pour un porté particulier. Une fois la confiance installée, l’acrobate devenait porteur et les dames âgées voltigeuses. C’est un monde silencieux qui s’ouvre sous nos yeux, où l’intimité s’imprègne d’une grande délicatesse. Un main-à-main comme un moyen d’appréhender l’autre, de n’en cacher ni la peur, ni le désir.

Crée avec le soutien du Théâtre Houdremont scène nationale (La Courneuve, Seine-Saint-Denis) avec l’acrobate Alexandre Fray de la troupe Un Loup pour l’Homme. Montage d’Antoine Dubois en janvier 2017.

Les mots de l’acrobate Alexandre Fray :

„On n’en arrive pas soudainement à porter un inconnu, à s’abandonner dans les bras de quelqu’un sans cette attention particulière. Je souhaite amener ces personnes rencontrées vers un univers du porté qui m’est propre, où prime l’intimité, la relation à l’autre. Aller le plus loin possible, tranquillement, avec chacun, dans le respect de ses peurs, de ses envies… Voir ce qui se trame dans ses moments extraordinaires où l’on accepte pour la première fois d’être décollé du sol. Etre attentif à l’émotion qui se dégage lors de ce travail.“

Réalisation, image et son : Mathilde Benignus. Montage : Antoine Dubois

What happens when an acrobat meets elderly women at home? The result is a strange unspoken world, where intimacy, imbued with a great delicacy, reflects our own humanity. Each unique encounter reveals both fragile and extraordinary acrobatics so we look at those hand-to-hands as a way of apprehending the other, to hide neither the fears nor the desires.